Mérida, Izamal & San Francisco de Campeche,

3 exemples de la richesse historique du Yucatan

Notre escale à Valladolid était aussi une étape pour rejoindre la célèbre cité de Chichén Itzá. Malheureusement, les cieux se révélèrent peu enclins à nous satisfaire et la journée dédiée à la découverte de ce lieu archéologique mondialement connu, s’annoncèrent pluvieux. Voulant pouvoir effectuer notre boucle du Yucatan dans le temps dévolu à notre location de voiture et la météo n’offrant pas d’espoir le lendemain, nous avons fait le choix de « zapper » cette visite… La mort dans l’âme, bien que personnellement le site de Calakmul, moins connu, me tentait plus…  À quoi bon faire une visite pénible sous la pluie, espérant pouvoir y revenir une autre fois, voire en fin de périple, avant notre retour en France ! Donc, avec un peu d’avance, nous nous dirigeons sur Mérida, capitale du Yucatan.

IZAMAL

Chemin faisant, nous décidons de faire un petit détour pour découvrir la petite ville d’ Izamal (nous l’avons plus perçue comme un gros village entourant ses monuments) que des touristes et des Mexicains croisés sur Valladolid nous avaient recommandée tout particulièrement. Izamal est surnommée la ville jaune car la plupart de ses maisons arborent de belles façades typiques de couleur ocre.

Mexique - Yucatan - Saint Antoine de Pardoue - Izamal - Latinex

Constituées de quelques rues autour de la place principale, nous sommes rapidement attirés vers l’imposant monastère Saint Antoine de Padoue, et au non moins monumental atrium (un des plus grands au monde après celui du Vatican !), juché sur son promontoire qui domine la ville. Un bel ensemble architectural du XVI° siècle qui offre autant de plaisir à visiter qu’à admirer le panorama offert à nos yeux de cette petite ville paisible.

Mexique - Yucatan - Pyramide Maya - Izamal - Latinexperience voyages

À quelques centaines de mètres, au gré de notre flânerie dans les ruelles, nous découvrons le 2° monument important de la ville, la pyramide maya dédiée au dieu soleil. Elle aussi édifiée sur le sommet d’une colline dominant la ville, cette imposante construction, que l’on peut gravir, permet d’avoir une vue dominante à 360° sur toute la région.

Ce panorama nous fait prendre en compte que ce petit village, haut lieu de pèlerinage pour les Mexicains, charmant et bien préservé, est entouré d’une canopée à perte de vue. Encore une fois me vient cette pensée sur la volonté de l’homme, et des difficultés inhérentes à sa réalisation, qui cherche à dominer son environnement, fût-il inhospitalier. Izamal en est un bel exemple, car, bien que de taille modeste, ce village offre la possibilité d’admirer deux témoignages très différents de l’histoire sur le Yucatan de la civilisation maya et de la conquête espagnole, se superposant et se conciliant dans l’immuabilité du temps qui s’écoule inexorablement.

MERIDA

Nos pensées revenant à la destination finale de cette étape et ayant arpenté en totalité le centre historique en deux heures, nous reprenons la route vers Mérida. Contrairement à Cancún ou d’autres lieux, qui contribuent à la célébrité du Yucatan, Mérida m’était totalement inconnue avant ce voyage. Forte d’environ 800 000 habitants, soit un peu plus que Cancún, cette grande ville possède une riche histoire maya, mais aussi coloniale. Nous allions nous rendre compte que cette ville recèle plusieurs atouts qui nous ont agréablement surpris.

Dès l’entrée dans la ville, le flot de la circulation devient très dense. La conduite des Mexicains, pour le moins vive et énergique, nous pousse à une extrême vigilance tout en suivant le flux général. Au fur et à mesure de ce flot, nous traversâmes des quartiers très pauvres, formés de maisons en tôle puis de constructions sommaires et mal-finies en brique. En fait, nous nous rendons compte que plus nous nous rapprochons du centre, plus les quartiers s’embellissent.

Mexique - Yucatan - batiment colonial - Mérida - Latinexperience voyages

Quand enfin le centre historique s’offrit à nos yeux, de magnifiques bâtiments coloniaux apparurent, révélant de superbes places à la quiétude raffinée, toute différente de la circulation ambiante et de sa frénésie induite. Il en émane une indéniable prospérité passée, mais encore présente et qui tranche avec les autres villes du Yucatan.

Nous décidâmes donc d’abandonner notre voiture pour arpenter tranquillement ce centre au charme indéniable. Autant Valladolid nous est apparue comme une ville « étape »  par sa taille et son architecture très sobre, autant Mérida affiche clairement son passé opulent. De rue en rue, de place en place, l’architecture hispanique de ses bâtiments cossus, typés XXVIII° ou XIX° siècle, est un enchantement pour les yeux. De jour comme de nuit, les déambulations, nous faisant vagabonder de la plaza de la Independencia vers les différents parcs et monuments jusqu’à l’avenida Montejo (très très longue), du nom du fondateur de cette ville rivalisant avec Mexico et La Havane en termes de richesses architecturales, sont toujours un ravissement.

Enfin, histoire de finir de convaincre tout visiteur de l’attrait de cette ville, la vie nocturne trépidante offre des lieux ou Mexicains et touristes font connaissance et apportent conjointement leur humeur joyeuse et festive à Mérida.

À ce sujet, la « Negrita cantina »,et ses concerts de salsa endiablés et le « Mercado 60 », avec son patio en plein air offrant de multiples stands de préparations culinaires internationales où vous pouvez partager une des tables communes tout en écoutant un concert d’un groupe local, nous ont particulièrement marqués ! Mais, à chacun de faire ses découvertes et ses souvenirs ! Le quartier périphérique du centre historique nous permet de retrouver les maisons typiques et plus sobres du Mexique que nous avions déjà découvertes à Valladolid. Un autre charme et une autre ambiance tout aussi agréable et que nous découvrons avec un plaisir certain.

RIO LAGARTOS

Mérida était aussi pour nous un point de départ pour découvrir la Côte-Nord et ouest environnant. Contrairement à la Riviera Maya et à ses agglomérations en pleine mutation, la Côte-Nord, de Progreso à Rio Lagartos, offre les mêmes atouts de plages bordées de cocotiers, mais semble avoir été stoppée dans son développement touristique. Au plus proche de la capitale du Yucatan, le village de Progreso remplit sa principale fonction de port de Mérida et tente d’offrir en plus les mêmes prestations que toute station balnéaire, sans vraiment y arriver.

Mexique - Yucatan - échoppes - Progresso - Latinexperience voyages

La promenade longeant la mer est une succession d’échoppes, proposant des articles souvenirs au goût douteux, ou bien de restaurants avec leurs rabatteurs infatigables et insatiables.

En continuant notre découverte, à travers une belle route longeant cette côte, les lotissements modernes font place à des villages de pêcheurs qui ont su garder leur authenticité en ne succombant pas (encore) à la toute-puissance du tourisme de masse si cher au Yucatan. Les cocotiers, le sable blanc et la végétation sauvage sont fournis en prime ! Nous captons des regards surpris de voir arriver deux « gringos » dans leur cadre de vie.

Mexique - Yucatan - Las Coloradas - Rio Lagartos - Latinexperience voyages

Le petit village de Rio Lagartos, se situant sur un estuaire où les flamants roses viennent séjourner, présente l’intérêt de bénéficier de marais salants, « Las Coloradas », qui offrent une palette aux couleurs vives et chatoyantes.

CAMPECHE

En continuant notre tour du Yucatan et en quittant Mérida, nous arrivons au bout de deux heures à San Francisco de Campeche, plus communément appelée Campeche, du nom éponyme de l’état dont elle est la capitale, une autre ville chargée d’histoire. Une tout autre ambiance nous attend en découvrant cette ville.

Autant Mérida offre une vie dynamique dans un cadre historique, autant Campeche est l’archétype de la ville fortifiée au riche passé et devenue « ville-musée ». Tout y est bien conservé, en commençant par ses murailles enserrant ses petites maisons et ses majestueux édifices, bien loin de son rôle protecteur initial. Car si ces murailles furent édifiées pour protéger la ville des attaques récurrentes de pirates et autres corsaires à la solde de la couronne d’Angleterre, attirés par les richesses affluant dans ce port pour alimenter la royauté espagnole, aujourd’hui elles n’offrent aucune protection devant « la horde » de touristes prenant d’assaut cette cité. Le temps s’est ainsi figé, du moins dans la vieille ville.

Les maisons arborent de belles façades aux couleurs vives que des rues, aux trottoirs à la hauteur surprenante, desservent dans un découpage digne d’un cours de géométrie.

Mexique - Yucatan - maison coloré - Campeche - Latinexperience voyages

En rentrant dans ce cœur historique, nous sommes surpris par le relatif silence qui tranche avec le bruit de la circulation environnante et à ses quartiers modernes, tout proches, à l’exubérance sonore typiquement mexicaine. Deux mondes se frôlent, mais ne se mélangent pas. D’un côté, la ville moderne, qui accueille ses habitants, répondant aux besoins de la cité et qui ont créé leur lieu de rencontre et de vie en périphérie, voire aux portes de la cité, peu fréquentée des touristes. De l’autre, la cité majestueusement endormie dans son écrin historique, que les touristes arpentent gaillardement alors que les locaux l’ont désertée.

Mexique - Yucatan - centre culturel - Campeche - Latinexperience voyages

Campeche est à coup sûr une destination à découvrir et que nous avons appréciée, mais le terme de « ville-musée » lui convient tellement qu’il lui manque une vie actuelle, son âme originelle s’étant perdue dans un lointain passé.

Ce périple, de Mérida à San Francisco de Campeche, nous aura permis de découvrir un autre Yucatan, où l’histoire occupe encore une place prépondérante, mais de deux manières différentes. Mérida offre une opulence et un dynamisme qui se ressent aisément encore de nos jours, tandis que San Francisco de Campeche vous offre à la vue ce que fût une ville portuaire du XVI° siècle, particulièrement bien conservée avec ses murailles et ses façades pimpantes.

Deux lieux qui démontrent la richesse du patrimoine historique du Yucatan, bien loin des clichés issus des catalogues des agences de voyages vantant les atouts de la Riviera Maya… Notre prochaine étape est attendue avec impatience, car elle nous fera découvrir un autre pan de l’histoire du Yucatan, celui-ci plus connu, la cité maya de Calakmul !

 

Stéphane & Floriane
Voyageurs Latinexperience

Laissez-nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.