Le pas s’alentit à Salvador de Bahia. Est-ce le tempo de la mer qui vous saisit, l’effet des vagues qui s’affalent mollement sur les plages de Porto da Barra ou de Rio Vermelho et règlent, sans que vous y preniez garde, votre cadence sur leur clapot ? Est-ce la chaleur un peu moite qui vous fait douter qu’on soit en plein hiver en ce cœur du mois de juin ? Salvador de Bahia

Est-ce l’averse traîtresse qui vous oblige par intermittence à patienter sous un auvent, cinq minutes ou une heure ? N’est-ce pas plutôt le Bahianais qui vous persuade qu’il faut marcher ainsi, qui vous impose sans en avoir l’air son rythme de vie, dissimulant sa force de caractère sous le masque de l’indolence, la plus contagieuse des épidémies ?

 

Mike
Créateur Latinexperience

Laissez-nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.